Les conseils pour gérer les IJSS

159
Les conseils pour gérer les IJSS

Avec la généralisation de la DSN au début de l’année 2017, on pourrait penser que l’automatisation de la transmission de données est synonyme de tout dysfonctionnement ou erreur dans le remboursement des indemnités journalières allouées par la Sécurité Sociale (IJSS).

Or, dans le cas où certains éléments seraient transmis de façon automatique, le système de gestion des dossiers au sein des CPAM reste toujours le même. Il est donc impératif de continuer à assurer une bonne gestion pour que la société ne soit pas obligée d’avancer des montants conséquents qui ne seront qu’à moitié ou jamais remboursées.

A lire en complément : Quel matériel pour ouvrir une boulangerie ?

Comprendre les écarts et les retards

Dès qu’un montant remboursé diffère de vos propres calculs ou qu’un dossier demeure sans remboursement, c’est à ce moment que vous devrez commencer à entreprendre vos procédures. Pour réellement mieux appréhender les écarts et retards, vous devrez prendre contact avec la CPAM pour chaque différence de montant ou bien chaque arrêt en souffrance.

Cela vous permettra de prendre connaissance de ce qui a été traité ou de ce qui bloque l’avancement du dossier afin de pouvoir agir en conséquence. Des outils tels que Simplicia peuvent vous aider en ce sens.

Lire également : Comment rendre mon compte WhatsApp professionnel ?

Communiquer fréquemment les bonnes pratiques aux salariés

Il peut arriver que les employés ne mettent pas toujours en application les bonnes pratiques surtout dans la transmission des pièces à la CPAM par simple négligence ou bien par ignorance. La subrogation de l’employeur peut parfois générer la confusion et amener un employé à croire qu’il n’est plus nécessaire de faire parvenir le formulaire d’arrêt de travail à la CPAM dans un délai de 48 heures de son établissement.

conseils pour gérer les IJSS

Il faut bien évidemment noter que cette obligation salariale est toujours d’actualité. Quand il est question de jeunes employés principalement, il est essentiel de les tenir informés de façon fréquente de ces bonnes pratiques qu’ils ignorent par défaut.

Prêter attention à la prescription

Les prestations d’IJSS sont prescrites le premier jour du trimestre suivant les 2 ans de l’absence. Il ne faut donc pas croire qu’il est possible de reconsulter ad vitam un dossier en souffrance.

Au-delà de cette date, vous ne pourrez plus prétendre à une réclamation des montants dues. Dans le cas où l’on prendrait en considération les délais de traitement parfois très longs des CPAM, cette période peut passer assez rapidement. Il est primordial que les dossiers soient suivis de très près à partir de leur constitution.

Ne pas croire que le processus de remboursement CPAM est automatique

Il est important de savoir que le remboursement des IJSS n’est pas automatique. Et la DSN n’a véritablement pas changé grand-chose. Certes, il n’est pas nécessaire de soumettre une attestation de salaires, car ce renseignement a déjà été transmis de manière automatique à l’administration, comme le flux de déclaration d’absence.

Néanmoins, rien n’a vraiment changé dans le traitement des process auprès des CPAM accusant toujours un retard aléatoire dans les procédures des traitements, ce qui le plus souvent débouche sur des IJSS en attente de remboursement. On remarque dès lors que sans une bonne gestion des remboursements, jusqu’à 30% des IJSS peuvent ne pas être remboursées au niveau de certaines sociétés.